Le Vieil Homme Rangé

De Jean-Pierre Dopagne

06/10 > 30/10

Henri Cambier, vieil archéologue de renom, part se promener au bord de la rivière et disparaît sans laisser de trace. On le croit mort. Un an et 14 jours plus tard, le 30 décembre à vingt et une heures, Jeanne “liquide” livres et papiers, derniers souvenirs de son père, quand la porte s’ouvre, découvrant Henri qui s’exclame : “Tu fouilles ?” Pourquoi est-il parti ? Pourquoi revient-il ? Jeanne veut comprendre. Tout d’abord il se dérobe : “Je suis parti; je reviens.” Puis, pas à pas, ils dénoueront ensemble les fils du silence et de la douleur. Avec pudeur, acidité et humour mêlés, il leur faudra creuser le passé, pour “ranger” et aller vers la tendresse et la vie ! Une fugue en amour majeur, prélude émouvant à une renaissance !

Liquider les affaires de son père présumé mort, serait-ce là une manière d’en faire son deuil ? Puis ce retour énigmatique ? En est-il vraiment un ? Une pièce qui interroge sur le deuil, mais aussi sur la réconciliation et l’apaisement.

L’humour de ce père confère à la pièce toute sa légèreté et sa grâce tout en creusant en profondeur les ressorts de l’âme humaine.

Avec pour environnement sonore le célèbre quatuor de Schubert « La Jeune fille et la mort », très précisément choisi, le dialogue tout en délicatesse et humour nous renvoie à nos questions essentielles sur le sens de la vie, la relation avec nos parents. Une pièce à la portée universelle et qui fut ovationnée lors de sa création (que j’ai eu la chance de mettre en scène en 1999 avec Fanny Delbrice et René Hainaux).


Ce spectacle a été créé au Festival de Spa en 1999 puis repris à l’Atelier Théâtre Jean Vilar (à 3 reprises), puis à la Comédie Volter et enfin au Théâtre de l’Œuvre à Paris pour 80 représentations.


Avec

Patrick Donnay et Manon Hanseeuw

Adaptation & Mise en scène

Michel WRIGHT